AccueilFAQRechercherS'enregistrerRéservé aux membresRéservé aux membresSite AARéservé aux membresRéservé aux membresConnexion

Partagez | 
 

 Les combats aériens.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Les combats aériens.   Dim 30 Déc 2012 - 16:46

Bonjour,
J'ai eu l'idée de créer un sujet ici "combats aériens", où nous pourrions évoquer des combats aériens que nous connaissons et pour rendre aussi hommage à ces aviateurs. Si ça vous tente.

Bon je commence par un combat en Orient :

Nous somme le 24 mars 1916 le matin, et plusieurs avions du G.B.O. (Groupe de Bombardement d'Orient), participaient à un raid sur BOGDANCI. L'un des avions français, un Voisin (Pilote : sous-lieutenant GOMBERG Observateur : Lieutenant Jacques RICHEPIN), lance ses bombes, lorsque le pilote aperçoit à 300 mètres sur la gauche un avion de type Fokker. L'avion français lança ses dernières bombes sur l'objectif et fit face à l'avion ennemi qui cherchait à le tourner tout en tirant de sa mitrailleuse. L'avion français tira une bande de 25 cartouches, puis lorsque le Lieutenant RICHEPIN tira une deuxième bande, une balle tirée du Fokker enraya la mitrailleuse et blessa sa main droite. L'avion Voisin piqua alors vers ses lignes poursuivit par l'avion Fokker qui se trouvait derrière lui à 40 mètres. Le lieutenant RICHEPIN dit dans son rapport que l'avion Fokker tira alors environ 300 cartouches, et que la poursuite avait durée environ 10 minutes, pendant lesquelles il tira 30 cartouches de son arme Mauser (sûrement pistolet) en direction du Fokker. Le moteur de l'avion Voisin fut brusquement calé et le réservoir percé par plusieurs balles, laissait échapper de l'essence dans la carlingue, plus de nombreux dégâts sur les ailes. Elles étaient déchiquetées et gauchissaient de plus en plus, par la suite de la coupure de plusieurs cordes à piano. Un avion Nieuport arrivait et l'avion Fokker abandonna le combat. L'avion Voisin franchissait les lignes à basse altitude (600 mètres) et était mitraillé par le sol. Le Voisin se posa entre les lignes (normalement à 800 mètres des lignes bulgares) près du village de REZELLI (5 km Nord-Ouest de la pointe Nord du Lac ARDZAN). L'équipage français incendiait l'avion et se sauvait en courant, pensant être en territoire bulgare, vers le Sud sous le tir de l'artillerie. A quelques kilomètres à l'Est du lac ARDZAN, l'équipage entrait en contact avec des troupes françaises.

(Ma source est des documents des archives au S.H.D. de Vincennes).

Voici les citations que je connais par la revue l'"Aérophile" :

"GOMBERG (Alexandre), sous-lieutenant d'infanterie. Pilote aviateur à l'Escadrille V. 90 : pilote déjà cité plusieurs fois. Le 24 mars, au retour d'un bombardement, attaqué dans les lignes ennemies par un appareil de chasse très rapide et abattu entre les lignes françaises et allemandes n'a laissé son avion endommagé qu'après y avoir mis le feu."

"RICHEPIN (Jacques), lieutenant d'infanterie, observateur adjoint au commandant du groupe de bombardement : le 24 mars au cours d'un bombardement, attaqué au-dessus même de l'objectif qu'il bombardait par un avion de chasse ennemi et abattu après un combat très dur est tombé entre les lignes française et allemandes et ne s'est échappé qu'après avoir brûlé avec l'aide de son pilote son appareil endommagé."

Le lieutenant Jacques RICHEPIN, artiste aussi, est l'un des fils de Jean RICHEPIN, et frère d'un pilote de Nieuport en Orient, artiste aussi, Tiarko RICHEPIN.
L'équipage d'un avion Nieuport parle de l'atterrissage de cet avion dans l'un de ses rapports.
Salutations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Dim 30 Déc 2012 - 18:51

Un combat sur le front de l'Ouest et concernant le raid sur Sarrebrück le 6 septembre 1915. Le pilote d'un avion Voisin était Charles NIOX et l'observateur le capitaine Albert FEQUANT.

On peut lire sur M.D.H. et à la côte 1 A 311/1 le compte rendu par le pilote NIOX :

Citation :

"Ayant aperçu 2 aviatiks, en notre droite, nous nous sommes rapprochés et en avons attaqué un à 15 ou 20 mètres de haut en bas. A la 3e balles tirée, nous recevons une décharge de mitrailleuse qui atteint le capitaine FEQUANT à la tête. Je me lève aussitôt, retenant le corps du capitaine qui allait tomber dans le vide et je continue à tirer quelques balles. Voyant l'Aviatik se retirer et ne pouvant continuer à maintenir la direction, j'abandonne la poursuite maintenant le corps du capitaine sur la carlingue jusqu'à l'arrivée à Nancy."

Source : http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/1_A_311_001/viewer.html

Voir ce lien ici : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57590582/f16.image

Le pilote Charles NIOX par le de ça dans son livre "Mes six évasions", où quelques jours après ce combat, avait était prisonnier avec son observateur DE LA GUERRANDE, lors d'une autre mission en territoire ennemi et par panne de moteur. Il demanda normalement lors de sa capture des renseignements sur ce combat le 6 septembre 1915. Voici un extrait du livre (qui devrait entrer dans le domaine public dans quelques mois en 2013) :

Citation :

"Le troisième jour, je fus appelé au greffe. Le lieutenant qui m'avait interrogé à la Kommandantur venait m'apporter les renseignements que je lui avais demandés.
"Vous allez bien?
- Oui, mon lieutenant.
- Vous avez tout ce qu'il vous faut?
- Rien, mon lieutenant !
- On vous donnera cela plus tard ; en attendant, voici ce que j'ai pu apprendre sur le bombardement de Sarrebrück : "Le 6 septembre, quelques avions ennemis sont venus bombarder Sarrebrück et les villages environnants où des dégâts importants ont été constatés : il y a plusieurs morts, entre autres le gardien de la prison de Sarrebrück où étaient soignés des blessés français. Le temps était très couvert et nos avions n'avaient pas aperçu tout d'abord les avions français ; cependant deux de nos avions de chasse sont parvenus à atteindre l'un après l'autre deux avions ennemis et à les détacher de leur groupe ; mais le premier dut abandonné le combat, ayant eu son hélice brisée ; le second fut également forcé de descendre, son pilote étant mortellement blessé et ses réservoirs d'essence transpercés. L'officier observateur LAHN affirme néanmoins avoir tué l'observateur de l'avion français dont le corps, passant par dessus la carlingue, est venu s'écraser sur le sol : l'appareil semblait désemparé et n'a pas dû pouvoir rentrer dans ses lignes.

- Pardon, mon lieutenant, l'observateur a bien été tué, il est vrai ; c'était le capitaine FECAMP.....
- Ah ! oui ! On a donné le compte rendu dans le journal des Ardennes ; mais ce ne doit pas être lui, puisque le corps, passant par dessus la carlingue, est venu s'écraser sur le sol.
- Mais non, mon lieutenant, il n'est pas tombé du tout ; c'est moi même qui l'ai rattrapé et qui ai pu le ramener en terre française, car j'étais son pilote.
- Comment! .... c'est ..... c'est ..... c'est ..... vous le pilote..... ?
- Oui, mon lieutenant.
- Cela va ! En ce cas je regrette..... Remontez !".
J'ai eu en cet instant une immense satisfaction en apprenant que deux appareils boches avaient été obligés d'atterrir : le capitaine Fécamp était vengé ! Par moi, d'abord, car j'avais descendu l'appareil qui m'avait attaqué, et ensuite par son frère, le commandant Fécamp, qui avait obligé le second à atterrir aussi."

Source : "Mes six évasions" Charles NIOX - Hachette 1919

Il écrivait dans son livre aussi, lors de sa dernière évasion en 1917 et en Hollande :

Citation :
"Depuis le commencement de la guerre, je crois n'avoir pleuré qu'une fois : c'était le 6 septembre 1915, lorsqu'après le bombardement de Sarrebrück, ramenant le corps criblé de balles du Capitaine FECAMP tué en combat aérien, celui-ci fut descendu de mon appareil par mes camarades au plateau de MALZEVILLE.... Mais je pleurais une seconde fois chez ce brave Hollandais : ces larmes étaient des larmes de joie, des larmes de délivrance, marquant la fin de ma longue captivité.
Je devais pleurer plus tard une troisième fois, le 1er janvier 1918, dans les bras de mon père."

Source : "Mes six évasions" Charles NIOX - Hachette 1919

Son père était le général NIOX du palais des Invalides.
Salutations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jean luc
Sergent-chef
Sergent-chef
avatar

Nombre de messages : 119
Age : 47
Localisation : estibeaux
Date d'inscription : 26/12/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Lun 31 Déc 2012 - 0:13

trés captivent ton recit super
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Lun 31 Déc 2012 - 14:20

jean luc a écrit:
trés captivent ton recit super

Merci pour ton avis.
J'étudie plus les combats en Orient qu'en France, travail long à faire, car les combats aériens étaient très très nombreux aussi.
Sujet assez triste que les combats aériens, mais en même temps c'est l'histoire, et il ne faut pas oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Mar 1 Jan 2013 - 15:09

Bonjour,

Merci pour cette lecture sur ce sujet des opérations en Orient que je ne connais que peu (sauf la lecture, d'une série d'article dans la revue Avions).

Est-ce qu'il existe un ouvrage ou un site internet relatif à ce sujet ? Histoire d'en apprendre un peu plus.



Dorand A.R. a écrit:

Sujet assez triste que les combats aériens, mais en même temps c'est l'histoire, et il ne faut pas oublier.

Effectivement.
Je dois aussi reconnaître, que dans le cadre de la rédaction de mon document sur les opérations en AOI, il est parfois très difficile de résumer des faits tragiques par seulement quelques lignes neutres.

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Mer 2 Jan 2013 - 15:31

Manfred a écrit:


Est-ce qu'il existe un ouvrage ou un site internet relatif à ce sujet ? Histoire d'en apprendre un peu plus.


Bonjour,
Pour des ouvrages, je ne saurais pas trop dire.

Cependant, je possède deux livres :
Un qui concerne l'aviation britannique dans le secteur (livre en anglais) : "Over the Balkans and South Russia, 1917-1919" de H.A. JONES, M.C.

L'autre est en français et écrit par le commandant de l'aviation maritime à Salonique (trois mois) : "Les Vagabonds de la gloire - Volume II - Trois Etapes L'Armée d'Orient L'Aviation maritime - L'Italie" de Maurice LARROUY. Où il parle des aviateur français et du secteur. Mais ce n'est pas un livre sur les escadrilles, il évoque seulement un peu le sujet par moment.

Il y a un livre aussi sur les escadrilles de l'armée serbe : "Wings of Serbia" http://www.wingsofserbia.com/index.php?lang=en
Mais je ne connais pas ce livre, ne l'ayant pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Dim 3 Fév 2013 - 2:16

Dorand A.R. a écrit:

Le lieutenant Jacques RICHEPIN, artiste aussi, est l'un des fils de Jean RICHEPIN, et frère d'un pilote de Nieuport en Orient, artiste aussi, Tiarko RICHEPIN.

Bonsoir,
Je reviendrai parler de combats de cette époque, mais voici des musiques de Tiarko RICHEPIN pour exemple, après guerre, dans les années 30 :

https://www.youtube.com/watch?v=vimkihyQJjo

https://www.youtube.com/watch?v=h256rVmZKTw

https://www.youtube.com/watch?v=J6br9a6DKwI

Une autre époque pour la musique .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Jeu 18 Juil 2013 - 15:28

Le 5 juillet 1917, un avion Farman de l'Escadrille 503 (Orient) était abattu dans les lignes ennemies, le pilote caporal PELLE et le soldat MOMBRUN étaient tués. L'avion était en mission de photographies de la région d'ARMATUS. L'avion français devait avoir deux avions d'escorte de l'Escadrille de chasse 506 (le sous-lieutenant DE SAILLY et le maréchal des logis DOMICENT).
Le sous-lieutenant DE SAILLY avait une panne au départ (et fut remplacer par le pilote sous-lieutenant NAST, mais qui pu partir uniquement un quart d'heure après l'avion Farman). L'escorte de l'avion Farman était donc d'un Nieuport, celui du pilote maréchal des logis DOMICENT. Mais en arrivant sur les lignes, le maréchal des logis DOMICENT rencontra des problèmes de moteur, celui-ci fonctionnant très mal. Par deux fois, il avait demandé par des signes à l'avion Farman de rentrer. Mais celui-ci continua sa mission et s'éloigna à 4 ou 5 km du Nieuport qui ne pouvait traverser les lignes ennemies. Le maréchal des logis DOMICENT apercevant ensuite quatre avions ennemis piquant sur l'avion Farman, alla pour l'aider, mais perdant de la hauteur il était obligé de faire demi-tour immédiatement. Le Nieuport n'arriva pas à rejoindre son escadrille, mais se posa à l'Escadrille italienne, où le maréchal des logis apprenait que l'avion Farman avait été abattu. Le Nieuport du sous-lieutenant NAST (après avoir remplacé le Nieuport du sous-lieutenant DE SAILLY pour cette mission d'escorte), lui, se dirigea directement sur ARMATUS, où l'avion Farman devait travailler et pour le rejoindre. Avant d'arriver sur les lignes, il apercevait très loin l'avion Farman se faisant canonner, et semblant être dans la région de BUDAKOVO. Peu de temps après, il vit l'avion Farman attaqué par plusieurs avions ennemis (trois) et tombant en flammes, sans qu'il puisse à ce moment être en mesure de traverser les lignes.

(Ma source : Archives militaires du S.H.D. de Vincennes).

Le soldat MOMBRUN, avait (avec un autre pilote) eu un combat le 2 juillet 1917 (comme de très nombreux aviateurs ce jour), où son avion aurait reçu 8 balles lors d'une mission de bombardement.
Le pilote caporal PELLE, avait eu également un combat le 2 juillet 1917 (mais avec un autre observateur), lors d'une mission de bombardement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gretsch
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 2662
Age : 55
Localisation : au sud-ouest de Toulouse
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Dim 28 Juil 2013 - 17:02

Fortune Hunters a écrit:
Il y a un livre aussi sur les escadrilles de l'armée serbe : "Wings of Serbia" http://www.wingsofserbia.com/index.php?lang=en
Mais je ne connais pas ce livre, ne l'ayant pas.

C'est un livre à avoir pour qui s'intéresse au sujet, je pense. Mais il est rédigé en serbe... J'ai eu l'occasion de le feuilleter, car un ami a procuré quelques photos à l'auteur (via David Méchin, également passionné par ce sujet), qui l'a remercié en lui envoyant un exemplaire de son ouvrage. Sympa!

Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.legang.fr/
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Mer 31 Juil 2013 - 22:21

Gretsch a écrit:
Fortune Hunters a écrit:
Il y a un livre aussi sur les escadrilles de l'armée serbe : "Wings of Serbia" http://www.wingsofserbia.com/index.php?lang=en
Mais je ne connais pas ce livre, ne l'ayant pas.

C'est un livre à avoir pour qui s'intéresse au sujet, je pense. Mais il est rédigé en serbe... J'ai eu l'occasion de le feuilleter, car un ami a procuré quelques photos à l'auteur (via David Méchin, également passionné par ce sujet), qui l'a remercié en lui envoyant un exemplaire de son ouvrage. Sympa!

Pascal

Bonjour,
Je pensais l'acheter, mais je ne suis pas sûr qu'il soit en Anglais (?). Pour ma part je ne parle et ne lis pas le serbe.

Il y a aussi plusieurs articles dans les revues "Fana de l'aviation" et "Aviations" par David MECHIN sur l'aviation en Orient pendant la première guerre.
Je suis en vacance, je ne peux pas donner de référence (numéros et périodes) des articles maintenant.
Salutations.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gretsch
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 2662
Age : 55
Localisation : au sud-ouest de Toulouse
Date d'inscription : 23/01/2008

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Mer 31 Juil 2013 - 22:27

Effectivement, l'ouvrage est bilingue, serbe/anglais... Pas d'obstacle à sa lecture, donc.

Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.legang.fr/
Fortune Hunters
Premier maître
Premier maître
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 14/02/2012

MessageSujet: Re: Les combats aériens.   Mer 31 Juil 2013 - 22:43

Gretsch a écrit:
Effectivement, l'ouvrage est bilingue, serbe/anglais... Pas d'obstacle à sa lecture, donc.

Pascal
Merci pour cette information.
Je regarderai pour l'acheter, alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les combats aériens.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les combats aériens.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combats aériens Est-Ouest ?
» [Check your 6!] Guide du débutant (combats aériens)
» Combats aérien de la deuxième Guerre Mondiale
» Moi et le dessin
» Combat aérien au dessus de Brest le 15 Aout 1943

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Histoire de l'Aviation par périodes :: 1890-1930 :: Première Guerre Mondiale-
Sauter vers: