AccueilFAQRechercherS'enregistrerRéservé aux membresRéservé aux membresSite AARéservé aux membresRéservé aux membresConnexion

Partagez | 
 

 Jours après jours : La drôle de Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Ven 7 Avr 2006 - 20:13

7 avril 1940:

Beau temps.
Le lieutenant Dorance, le sous-lieutenant Warnier et le sergent Delparte,du GC I/5, orientés par la DCA, ont intercepté à 8.000 m une formation de 18 DO17 et Me 110 qui remontaient la Meuse.Après un court combat, Dorance et Warnier ont abattus chacun un Me110. Le pilote du Me110 abattu par Dorance a put sauter en parachute et se trouve à dans un hôpital de campagne avec quelques contusions.


L’adjudant-chef Salmand a eu certainement une défaillance d’inhalateur. Son appareil s’est mis brutalement en piqué et s’est écrasé près de Beaufort-en-Argonne.

Des pilotes du GC II/7, en patrouille de protection de trois Potez 63.11 du GR I/52 à l’est de Chateney, ont repéré, poursuivi et rattrappé un Ju52 qu’ils ont abattu. Ce trimoteur de transport s’apprêtait à larguer une quinzaine d’espions parachutistes, revêtus de déguisements adéquats. Certains étaient habillés en paysans, d’autres portaient même la soutane de prêtre. Il faisaient partie de ce qu’on appelle la 5ème colonne, et devaient accomplir des sabotages.( Selon une autre source, cet appareil était spécialement équipé pour l’écoute des liaisons françaises..Selon “Les Ailes Françaises”, l’appareil était un Junker 52/3m de la Fliegerkompanie des luftnachrichtenregiment Obdl muni d’un système d’écoute spécial permettant d’intercepter les fréquences radio françaises.))

En fin de matiné, des Morane du GC III/3, en mission d’escorte d’un Potez-63.11 du GR I/36, se sont laissé surprendre par des Bf109 du 4./JG53. Le Cne Richard a été tué. Son avion , touché au cours du combat, a pris feu lors de l’atterrissage.

Des Morane du GC I/2 en protection d’un Potez 63.11 du GR I/36 ont combattu des Bf 109 du I./JG54. Un appareil perdu dans chaque camp: Bf109 du Lt Stolte ( parachuté et fait prisonnier à Ermolsheim) , MS406 du Cne Vidal ( n’a pas réussit à se parachuter, tué)

Fini, le repos pour le GC II/4. Le groupe a quitté Marignane pour Xaffevillers.

Au GR II/33, à la suite de deux missions sur Bloch174, 150 clichés ont été rapportés sur les régions de Grevenmachen, Trèves, Hellenbach, Manderfeld et Wardinghem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Sam 8 Avr 2006 - 12:00

Salut à tous...

Côté Luftwaffe

5 et 6 avril 1940

Rien à signaler

7 avril 1940

Ce jour sous la conduite du leur Kommandeur, le Hauptmann Hannes Gentzen, 9 Bf 110 C du I./ZG 2 décollent pour escorter un appareil de reconnaissance sur le nord-ouest de la France. La formation est interceptée sur le secteur de Longuyon par des Curtiss H.75 du GC I/5. Le lieutenant Dorence abat le premier bimoteur tandis que le sous-lieutnent François Warnier se veraa attribuer le second.

Bf 110 C (W.Nr. 3205) "3M+AL" de la 3./ZG 2, détruit à 100%
- Leutnant Johannes Kiel (pilote) : capturé
- Unteroffizier Werner Ehm ( radio) : tué
Bf 110 C de la 3./ZG 2, détruit à 100%
- Feldwebel Kurt Müller (pilote) : tué
- Gefreiter Herbert Penkert (radio) : tué

Durant la même combat, une victoire sera revendiqué par l'Hauptmann Gentzen sur un Curtiss H.75 au dessus de Beaumont-en-Argonne.

Le pilote capturé : Johannes Kiel sera libéré lors de la chute de la France et prendra rapidement la tête de sa Staffel en avril 1941. Il opérera sur l'Angleterre, dans les Balkans et en URSS. En mars 1942, il recevra la Ritterkreuz pour ses vingt victoires et ses nombreuses destructions au sol. Il testera pendant quelques semaines le Me 163 et en août 1943, il sera versé à la 7./ZG 26 avant d'être promu Kommandeur du III./ZG 26. Il sera tué en combat le 29 janvier 1944 près de Kirchheimbolanden.


Dans la même journée, des Bf 109 E de la 4./JG 53 intercepte des MS 406 du GC III/3 et le Feldwebel Stefan Litjens revendique un MS 406 à 12h30 à l'Ouest de Saarbrücken.
Celui-ci, vétérand de la Staffel puisqu'il en faisait déja partie en 1937 (à l'époque 4/JG 133) remportera 2 victoires surant la Westfeldzug. Durant la Bataille d'Angleterre, il remportera 5 autres Luftsiege. Ajoutant plusieurs Abschüsse en URSS, il est cependant abattu le 11 septembre 1941 et perd l'usage de l'oeil droit. Cet handicap ne l'empêchera pas de retrouver son unité en Sicile pour combattre sur Malte et la Tunisie. il recevra alors la Ritterkreuz pour ses 32 victoires. Après un long repos, il regagnera sa 4./JG 53 mais sera abattu de nouveau sur l'Allemagne. Son oeil gauche ayant été atteint, Litjens est interdit de vol. Il demeurea à l'escadrille, mais au sol, et survivra à la guerre, crédité de 38 victoires. Stefan Litjens est décédé à l'âge de 88 ans le 22 février 2002.

La 4./JG 53 en mission au-dessus de la France rencontrte des Hurricane Mk I du "B flight" du 73 Sqn. Durant la combat, le Feldwebel Erwin Weiss est abattu aux commandes de son Bf 109 E-1 "4 blanc" par le P/O Peter Ayerst. Selon, les camarades de Weiss, celui-ci était un passionné de photographie et ceux-ci soupçonnèrent qu'il tenta ce jour de faire de belles photo d'un combat aérien sans se soucier de l'adversaire...

Le I./JG 54 en patrouille intercepte lui des MS 406 du GC I/2. Durant le combat, le Bf 109 E du Leutnant Paul Stolte (GR.Adj.) est abattu à Ernolsheim-Bruche (15 km O. de Strasbourg). Dasn le même temps, l'Oberleutnant Reinhard Seiler (staka) du 1./JG 54 revendique un Morane.
Stolte sera libété après la chute de la France et passera au I./JG 1 qu'il mènera par interim. Devenu Kapit^na du la 6./JG 3 en octobre 1942, il sera tué le 18 octobre 1943 aux Pays-Bas crédité de 43 victoires.
Seiler lui, s'engaga en 1929 dans la Reichwehr. Six ans plus tard, il oblique vers la Luftwaffe et, dès la mi-1937, est en espagne où il va être crédité de 9 victoires. En juillet 1939, il prend le commandement de la 1./JG 54. Il prend le commandement du II./JG 54 en octobre 1941 et reçoit la Ritterkreuz le 20 décembre pour ses 43 victoires. Après un reour à l'Ouest dans la Défense du Reich, iul repart à l'est en mai 193 comme Kommandeur du I./JG 54. Abattu et trés grièvement blessé peu de tempsa près, il en peut plus revoler et dirgera alors la JG 104. A la fin de la guerre, il sera crédité de 109 Luftsiege.

Enfin, l'Hauptmann Wolfgang Lippert de la 3./JG 53 revendique un Spitfire à 12h50 au S.O. de Diederhofen.

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Sam 8 Avr 2006 - 13:43

8 avril 1940:
Des pilotes du I/5 ont rendu visite au pilote allemand abattu hiers par le Lt Dorance. L’entrevue fut très sympathique et le deux protagonistes ont commenté le combat comme s’il s’était agit d’un tournoi de tennis. L’allemand leur a déclaré qu’il “n’était pas là pour longtemps, quelques mois tout au plus...”. Ce pilote était le Lieutenant Kiel.

Quatorze MS406 du GC II/7, en mission d’escorte de trois Potez , et redirigés sur Colmar par radio , ont été attaqués par 7 Bf109 du I/JG 7. L’appareil du Sgt Brêt a été endommagé.

Le GC I/2 a été inspecté par le Général Bouscat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Sam 8 Avr 2006 - 13:51

9 avril 1940:
Les services de renseignement nous apprennent qu’une activité nouvelle anime les formations allemandes de l’autre côté du Rhin. De nombreux convois militaires ramènent vers la frontière de l’ouest les troupes qui avaient combattu en Pologne.

L’Allemagne envahie le Dannemark et attaque en Norvège!
L’attaque, commencée ce matin tôt, s’est terminée ce soir même par l’occupation de tous les ports Norvégiens! Le roi de Norvège et ses ministres ont réussit à quitter la capitale, à se réfugier dans la forêt et gagner le nord du pays.

(In Historia magasine n°250)
"Dans la nuit du 8 au 9 Avril, le Danemark qui, il y a un an seulement, avait signé un pacte de non-agression avec l'Allemagne, était envahi par les troupes du Reich.
Les troupes danoises esquissaient une résistance contre leur puissant adversaire. 400 Danois sont morts pour avoir tenté de defendre l'indépendance de leur pays. Bientot le gouvernement, jugeant toute resistance impossible, conseillait le calme et l'acceptation.
Les troupes du Reich envahissaient la presqu'ile du Jutland et les iles, espérant trouver la une base nouvelle contre les cotes anglaises.

Peu apres la violation des frontiéres Danoises, un avion allemand atterrit sur un aerodrome Danois.
La RAF attaque les navires ennemis

L'avion britannique vient de lancer sa bombe, que l'on apercoit tombant et qui va frapper mortellement le navire ennemi."
Match du 25 avril 40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Sam 8 Avr 2006 - 18:41

Côté Luftwaffe

8 avril 1940 au 9 avril 1940

En raison des opérations sur la Norvège, les Luftflotten 2 et 3 sont plus ou moins mis au repos. Seule quelques vols de patrouillons semble avoir lieu.

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mar 11 Avr 2006 - 20:22

10 avril 1940:
Le GR II/33 équipé de Bloch174 fait mouvement sur Monceau-le-Waast. Ils ont pour mission de surveiller les passages du Rhin et de prendre des photographies dès que les circonstances atmosphériques le permettront.

Les troupes allemandes progressent à partir de Oslo en direction de Larvik, Bergen, Lillehammer.

Un stuka dans un fjord(In Historia magasine n°250)
11 avril 1940:
Une patrouille légère de Curtiss du I/5 , aidée par une patrouille de MS406 du III/6, a abattu un Do17 qui s’est écrasé à Wez à quelques km de Suippe.Il n’y a pas eu de survivant dans l’équipage allemand.

Le GC I/2 fait mouvement pour Toul-Ochey, à 20 km au sud de Nancy.

Le GC II/10 a été déplacé sur la base de Lanvéoc-Poulmic avec pour mission de protéger le port de Brest.(43)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mer 12 Avr 2006 - 18:57

Côté Luftwaffe

10 Avril 1940

Le front Ouest, pour cause de combat en Norvège, est alors trés calme pour la Luftwaffe en ce mois d'avril comme en témoigne le jeune Leutnant Gunther Rall de la III./JG 52, alors basé à Mannheim, à un petit quart d'heure de vol de l'Alsace
"Parmis les 300 hommes du Gruppe, l'ambian ce était de plus en plus tendue. chacun attendait que survienne l'action pour laquelle il avait été préparé. Elle était annoncée imminente. Pour tous les Allemands, jusqu'au plus haut échelon du commandement, la France était un grand pays - un adversaire qui s'annonçait autrement plus coriace que la Pologne - fortement armé, équipé avec un nombre de blindés et d'avions impressionnant...
C'était étrange. nous avons reçu l'ordre de ne pas traverser le Rhin, mais de patrouiller le long de sa rive droite. Nous avons appris que l'Armée de l'Air répondait à des ordres semblables et ne pouvait franchir la riuve gauche. Nous nous ennuyons donc chacun de notre côté, à 500 m les uns des autres, avec interdictions d'aller au contact. Seuls les avions de reconnaissance pouvaient survoler le territoire ennemi, de même que quelques pilotes aguerris, comme Mölders, chargés d'aller têter les défenses françaises. Ceci nous semblait complétement idiot. N'étions-nous pas en guerre ? Les Français appelaient ça la "drôle de guerre". Je trouve que l'expression convenait parfaitement.
La chasse était partagée en deux éléments. Notre Gruppe était attaché aux Luftgaujäger (Défense aérienne du territoire), mais nous n'avions pas d'aversaire car les Français eux non plus ne franchissaient pas le Rhin ! "

La Fana de l'Aviation, HS n°25 "Günther Rall

Cependant, les Kampfgeschwadern connaîtront une activité plus importante puisqu'au moins 5 appareils sont perdus au-dessus du Royaume-Unie.
- JU 88 A du 4./KG 30, perdu au dessus de l'Angleterre. Le pilote (Leutnant H. Hohendahl ) et l'équipage semblant avoir étés tués
- He 111 H-4 de la 4./KG 26 abattu par la chasse britanique (605 Sqn) près de Kinnards Head. Le pilote (Oberleutnant H. Vogel) et son équipage ayant étés capturés
- Ju 88 A de la 2./KG 30 perdu avec son équipage (pilote : Oberfeldwebel W. Brünn) au dessus de l'Angleterre
- He 111 H-4 du Stab I./KG 26 abattu par des Hurricane du 111 Sqn au-dessus des Shetlands. Le pilote (Feldwebel F. Bausacher) et les quatres membres d'équipages étant tués dans le crash de leur appareil.
- He 111 P de la 3.(F)/AGr ObdL, abattu par des Hurricane du 43 Sqn au S. de Ronaldsby Island. Le pilote (Oberleutnant K. Heinz) et les trois autres membres de l'équipages étant tués.

11 avril 1940

Le front Ouest est toujours aussi calme et seul un Do 18 de la 2./KüGr 906 est abattu par la chasse britanique au dessus de Kinnairds Head (Ecosse). Son pilote (Leutnant Helmut Kühl) et ses deux membres d'équipages sont capturés.

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mer 12 Avr 2006 - 20:22

12 avril 1940:
Au GC I/3 : un exercice comparatif a eu lieu entre un D520 et un Me109, récupéré intact après l’atterrissage de son occupant et piloté par le capitaine De Rivals. Les résultats sont à peu près ce que tout le monde espérait : le D520, un peu moins rapide que le Me109, se montre plus maniable en combat tournoyant. Ce n’est pas une surprise, la luftwaffe a toujours privilégié la vitesse maximale, en sacrifiant quelque peu les autres caractéristiques de ses appareils. Bien entendu, on ne peut pas comparer les deux armements. Dommage...

Les patrouilles de la Luftwaffe se multiplient le long des côtes de la scandinavie.
(In Historia magazine n°250)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Jeu 13 Avr 2006 - 20:35

13 avril 1940:
Une flotte anglaise de 9 destroyers, accompagnée du “Warspite” vient de détruire 10 destroyers et un sous-marin allemands à Narvik. Si on ajoute les pertes en navires des premiers jours de combats, il ne reste à l’Allemagne que 4 destroyers sur les 22 qu’elle avait au départ.

14 avril 1940:
Quelques Breguet 693 sont arrivés à Vinon au II/54. Le Breguet693 est , en fait , un Breguet691 doté d’un moteur Rhône-Gnôme 14M.

Les pemières troupes franco-britanniques débarquent à Namsos, dans le but de prendre Trondheim par voie de terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Dim 16 Avr 2006 - 19:19

16 avril 1940:
Un Bloch 174 du GRII/33 a été abattu par des chasseurs allemands du I/JG 3 et s’écrase en Belgique. Tous les détails se trouvent dans le rapport établi par le Major Aviateur Verhaegen.
“Le 16 avril, vers 9 heure, un avion français de reconnaissance type Bloch174 a atterri au nord de Neufchateau sur le territoire de Longlier (Respelt).
L’équipage était composé comme suit: Capitaine Laux François, commandant d’escadrille, chef de bord et pilote de l’avion. Sous-lieutenant Bediez Maurice, officier observateur ( mort à la clinique de Longlier, le 16 avril à 22 h).Adjudant-chef Bagrel, pilote mais remplissant les fonctions de dario de bord, tué lors de la chute de l’appareil.
Ce personnel appartient au IIème groupe de la 33ème escadre de la 1ère division aérienne.Après être sorti des nuages qui étaient très bas, l’avion, qui d’après les déclarations des témoins, semblait désemparé, a effectué quelques brèves évolutions puis s’est écrasé au sol en se dilocant complètement au mieu-dit “Sur le Roc” au hameau de Respelt. Les débris sont éparpillés sur une distance de 400 m environ. Bien que certains témoins au sol aient déclaré que l’avion était en feu déjà en l’air, il paraît que ce n’est qu’au contact du sol que les flammes jaillirent.
Le capitaine Laux qui pilotait est sorti des débris les vêtements en feu, tandis que le sous-lieutenant Bediez, les jambes fracassées, et l’adjudant-chef Bagrel tué dans la chute, gisaient sur le terrain, projetés hors de l’avion. Des témoins ont transporté le lieutenant à l’abris du foyer de l’incendie. Les blessés ont été conduits à la clinique de Longlier, où des soins leur ont été prodigués. Le sous-lieutenant Bediez y est décédé le jours même à 22 h.
Accompagné du substitut de l’Auditorat militaire de Liège, j’ai procédé à l’interrogatoire sommaire, étant donné son état de santé, du capitaine Laux. Confirmant certaines déclarations qu’il avait faites ce matin immédiatement après l’accident il a déclaré être parti de son terrain pour une importante mission d’observation sur le Rhin entre Remagen et Duisbourg. Il a déclaré avoir exécuté son voyage “aller” sans survoler la Belgique, en passant par Esch-sur-Alzette. Des documents trouvé à bord montrent cependant que le vol devait se faire à l’aller à travers la Belgique, de Mézière à Eupen et au retour, par Liège vers Mézières. Le service de guet a relevé que l’itinéraire aller a été effectivement suivi de 0756 à 0808 par un avion qui n’a pu être déterminé vu sa grande altitude. Il est très probable que ce soit le Bloch 174 du capitaine Laux.
Arrivé au dessus de Köln à l’altitude de 9.000 m, il a été pris en chasse par deux messerschmitt 109 qui se trouvaient à 9.500 m. Atteint par plusieur rafales dont une bloqua un moteur, l’avion devint difficile à piloter et le pilote prit le cap 210° pour regagner la France. Il piqua pour augmenter sa vitesse jusqu’à 700 km/h dans l’espoir d’échapper à ses adversaires. Néanmoins les chasseurs le poursuivirent pendant environ 70 km.
Alors que le ciel était clair en Allemagne, il était couvert au Grand Duché. profitant des nuages, le pilote échappa à la poursuite et espéra rentrer en France. Le second moteur, auquel on avait demandé un effort trop grand (la température de l’huille atteignait 120°) eut des ratés et s’arréta complètement après avoir survolé pendant vingt minutes environ la Belgique (indication donnée par le service de guet). Les commandes étaient très dures et, peu après la sortie des nuages, l’avion pris contact avec le sol, sans qu’il y eu de tentative d’atterrissage.
L’équipage, dans ce combat, ignorait qu’il survolait le territoire belge, il supposait avoir atterri en Allemagne. Le capitaine Laux est en traitement à la clinique de Longlier. La DAT a été chargée de l’enlèvement des débris de l’avion.”
(In “ICARE” n° 53)


Des troupes franco-britanniques débarquent autour de Narvik.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Lun 17 Avr 2006 - 11:48

17 avril 1940:
Débarquement de troupes britaniques à Andalsnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Lun 17 Avr 2006 - 17:24

19 avril 1940:
Dans la matinée, au retour d’une protection de reconnaissance, une patrouille triple et une double de MS406 du GC II/7 (Cne Hugo, A/C Ponteins, S/C de Fraville, Sgt Passemard, Sgt Catois) ont rencontré un Henschel 126 de la 2.(H)/13. Il l’ont immédiatement attaqué et l’ont descendu en flamme à Balgrau.
In Avions n°142

Un Do17 a été attaqué et touché par le sergent Planchard et le capitaine Hugo du GC II/7. Ils l’ont abandonné vers Fessenheim avec un moteur stoppé.

Dans l’après-midi, toujours au II/7, une mission de protection de reconnaissance a été annulée et s’est transformée en mission de chasse libre. Le dispositif est alors guidé du sol vers un Ju 88, qui dans un premier temps, sème les Morane. Deux patrouilles ont réussit à lui couper la route à l’est du Kaiserstühl. Touché par l’A/C Valentin, le Ju88 a été abandonné avec un moteur fumant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Lun 17 Avr 2006 - 17:32

20 avril 1940:
Mission de nuit pour le GR II/33 avec le Commandant Alias, observateur, adjudant Brissot, pilote, et sergent-chef Antoine, mitrailleur. Le feu d’artifice qui acceuille l’équipage au franchissement des lignes est éblouissant; mais malgré les chapelets de traçantes et les damiers des projecteurs, la mission se poursuit à quatre cent mètres durant deux heures quarante cinq.

Nos avions de reconnaissance font savoir que l’ennemi entreprend d’importants mouvements non seulement vers le nord, mais aussi vers le sud en partant de la région de Cologne-Dusseldorf-Francfort-sur-le-Main.

Une patrouille de I/5 a repéré 3 Do215 sans pouvoir les rejoindre.

Le sergent Boillot du GC II/7 a abattu en flammes un Me109 de la 54ème escadre de chasse de Wiesbaden. Le pilote, mortellement blessé a sauté en parachute; il s’agirait d’un ancien de la “Légion Condor” (Ob/lt Koch ou Hoch). Au cour du même combat, il aurait obtenu une deuxième victoire probable ( appareil adverse abandonné faute de munition en train de fumer blanc puis noir).
Mais écoutons son témoignage:
[i]“ Ce matin là, vers 7 heurs, nous avons décollé à trois pour intercepter un Dornier 17 qui remonte la vallée du Doubs à haute altitude. Le temps est splendide. Nous cherchons vainement notre Dornier, mais sans doute a-t-il fait comme certains avant lui, a-t-il violé la neutralité du ciel de nos voisins suisses pour nous échapper plus sûrement! S’il l’a fait, il n’a sans doute pas averti ses amis chasseurs qui ont pour mission de le receuillir sur l’Alsace car voiçi soudain, alors que nous sommes à la verticale de Belfort vers 7.000 mètres d’altitude, des traînées qui progressent rapidement dans le ciel au dessus de Mulhouse, plus haut que nous et dans notre direction. Au moment même où nous les apercevons, le centre de renseignement de la défense aérienne du territoire qui se trouve à Belfort nous les signale. Comme de coutume, nous sommes pendus à l’hélice réglée ou plustôt bloquée à un pas intermédiaire et nous manquons de vitesse. Le chef de patrouille, un jeune lui aussi, prend la décision qui s’impose. Nous partons en piqué accentué, tout en surveillant nos adversiares. Cette manoeuvre est logique. Elle nous permet de sortir rapidement de notre position fâcheuse en nous donnant la vitesse qui nous manque; même avec une hélice dont le pas ne varie plus, elle nous met dans des conditions plus favorables pour l’engagement initial si les allemands continuent leur action. En outre, nous revenons rapidement vers une altitude où l’hélice et les armes fonctionnent normalement.
Nous descendons très vite en spirales accentuées. Les allemands aussi sont descendus à n’en pas douter, car les traînées ont disparues. Je vois même des avions qui, un instant, brillent au soleil, assez loin au-dessus, dans un virage rapide qu’ils font sans doute pour nous chercher.
Juste avant de leur tourner le dos, pour continuer le virage dans lequel nous entraîne le chef de patrouille, je regarde par réflexe derrière mon aile droite et je vois soudain plusieurs avions qui arrivent sur nous par le bas en légère montée et à grande vitesse. Il n’y a pas de doute, la manoeuvre est superbe. Si je n’avais mis en pratique le conseil donné par quelque ancien, ça leur arrive de temps à autre, et qui consiste à ne jamais tourner le dos à un secteur avant de l’avoir parfaitement exploré, ces lascars allaient nous arriver dessus et nous descendre sans coup férir.
Seulement je les ai vus. Sans prendre le temps de prévenir les autres, car la manoeuvre à faire est d’une extrème urgence, je renverse le virage et me trouve presqu’aussitôt face à face avec le premier 109. La distance diminue très rapidement mais je réussis pourtant à l’ajuster et à tirer une courte rafale avant de dégager à quelques mètres.. En un éclair je vois même le pilote dans l’encadrement de pare-brise. Lui aussi a tiré. Il ne m’a pas touché, moi non plus sans doute d’ailleur, la vitesse était trop grande et le temps de tir trop court.
Les autres défilent à main droite et déjà j’ai amorcé un virage du même côté aussi rapide que possible. Il sont trois, deux qui commencent de virer eux aussi et un troisième un peu en retard, qui continue encore quelques secondes en ligne droite. Ces secondes sont de trop. Je suis déjà dans sa queue à quelques centaines de mètres et m’apprête à tirer lorsqu’il m’aperçoit et bascule brutalement à droite. Je le suis aisément mais, en piqué, il me laisse littéralement sur place. Ne pouvant continuer plus longtemps en ligne droite à cause des autres, je commence de redresser lorsque soudain je le vois qui redresse brutalement lui aussi et qui remonte à ma hauteur. Je serre le virage et me retrouve derrière lui à courte distance.
Nous allons faire plusieur fois cette manoeuvre au cour de laquelle je réglerai, à l’aide du changement de pas manuel, le régime de mon moteur mis une fois pour toute plein gaz. Celui-ci, se comportant alors comme s’il avait une hélice automatique, gardera sa pleine puissance et me permettra de ne pas lâcher mon adversaire. Après quelques instants, comme celui-ci croit sans doute s’être débarrassé de moi, je profite d’une légère ligne droite pour lui expédier à très courte distance une rafale qui le met immédiatement en feu. Le pilote mortellement blessé, saute en parachute et tombe en bordure de l’étang de Chaux, au nord de Belfort et les restes du Messerschmitt s’abîment au sol où ils continuent de brûler....
...Pendant quelques secondes, pas très longtemps d’ailleurs, je l’ai regardé descendre et puis j’ai pensé aux autres. Ils sont là à ma hauteur, qui volent vers l’est, très vite, en ligne droite. Ils rentrent précipitamment chez eux.
J’ai avisé le dernier, un peu plus bas, un peu en retard comme son camarade tout à l’heure. Un virage rapide et je suis derrière lui. Hélas le morane a perdu la précieuse vitesse qu’il avait au terme de son piqué initial. Je n’arrive pas à me rapprocher à moins de 300 mètres. Je tire pourtant après une visée soigneuse, bien stabilisée, en faisant passer le point central du réticule lentement sur son dos pour corriger le supplément de hausse. A vrai dire, je n’observe pas d’impact, mais le Messerschmitt se met soudain à fumer blanc puis noir.” (Icare n° 145; témoignage de Pierre Boillot) In Avions n°142
Me109 abattu par le sergent Boillot du GC II/7 le 20 avril 1940

Deux patrouilles d’alerte du GC III/9 ont décollé vers 11h00 pour intercepter des bombardiers allemand dans le secteur de Châlo-sur-Saône. L’aspirant Lamouroux a abattu un des appareils adverse, un Ju 88A, qui s’est posé en feu sur le territoire de la commune d’Ozzoles. L’équipage allemand, de la 4./Aufkl.Gr. 121, a été fait prisonnier. C’est la première victoire aérienne d’un Bloch 151/152 , et c’est aussi le premier Ju88A abattu par la chasse.
In Aéro-journal n°40

Six MS406 du GC II/3 ont attaqué un Heinkel 111H-2 du Stab/KG 1 près de Maubeuge. L’allemand a réussit à fuir vers la Belgique, mais a été abattu par les chasseurs belges.
Le Sgt tchèque Cukr du GC II/3 a abattu un Do17.

Vingt-trois avions du GC II/4, en mission de protection d’un Potez 63-11 dans le secteur de Pirmasens, on été attaqués par tout le III/JG 53 de Mölder! L’A/C Cruchant a été abattu.

Le Bloch 174 n°31 du GR I/52, de retour d’une mission de reconnaissance, a été abattu par le Hptm Tietzen du II/JG 51.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Lun 17 Avr 2006 - 17:47

21 avril 1940:
Une patrouille de la deuxième escadrille du I/5, composée du sous-lieutenant Warnier et du sergent-chef Tallent, a intercepté un Do17 à 8.000 vers Stenay. Le Do17 se serait écrasé en Belgique ( en fait, il atterrira légèrement endommagé sur son terrain).

Nouvelle mission pour les hommes du GR II/33. Mais cette fois un chasseur ennemi intervient. Par des manoeuvres rapides, l’équipage s’en tire et rentre au terrain, après deux heures cinq de vol, ayant remplis toute sa mission.

22 avril 1940:
Ciel très pur.
La patrouille Bouvard-Morel-Rouquette du GC I/5 a attaqué à très haute altitude, près de Sedan, un Do17 qui est allé s’écraser dans la forêt des Ardennes Belges, aux environs de Léglise. Le pilote du Do a été tué, les deux autres membres de l’équipage ont été internés par les troupes belges à l’issue de leur descente en parachute. Quelques balles dans les Curtiss.

GC I/2 : Une patrouille attaque un Do17 sans résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Sam 22 Avr 2006 - 14:14

Salut

euh, voui, avec un peu de retard, côté Luftwaffe...

12 avril 1940 :

A l'ouest rien de nouveau.

Consernant la Norvège, plusieurs interception de bombardiers Alliés ont lieu en cette journée.

Ainsi, le II./JG 77 de l'Hauptmann Karl Hentschel revendique la destruction de 9 Hampden au S.O. de Kristiansand dont la liste est la suivante :
Oberfeldwebel Edgar Herfeld (5.Staffel) à 13h15
Feldwebel Robert Menge (5.Staffel) à 13h24
Leutnant Dietrich Bösler (Stab) à 13h27
Hauptman Franz-Heinz Lange (6.Staffel) à 13h30
Unteroffizier Kurt Opolski (5.Staffel) à 13h50
Oberfeldwebel Hermann Stierle (6.Staffel) à 14h00
Feldwebel Ertel (6.Staffel) à 14h00
Oberleutnant Wilhelm Ruthammer (6.Staffel) à 14h03

La Zerstörerstaffel du KG 30 équipé de Ju 88 C et commandé par l'Oberleutant Herbert Bönsch revendique aussi 2 Wellington du 149 Sqn
au S.O. de Stavenger.
- Oberfeldwebel Martin Jeschke à 16h45
- Unteroffizier Peter Lauffs à 16h50

Cependant, plusieurs pertes consernant la Luftwaffe ont lieu dans la journée.

Ainsi, un hydravion Ar 196 A-2 piloté par le Leutnant Wolfgang Reich s'écrase par accident dans la Baltique tuant son pilote et un He 115 (W.Nr. 1894) est lui aussi perdu.

Le Z./KG 30 lors de son engagement contre les Wellington perd un appareil piloté par l'Unteroffizier Maus.

L'affrontement entre les Hampden du 44 et 50 Sqn cause de lourde pertes au II./JG 77 puisque pas moins 5 Bf 109 sont perdus dont les appareils de l'Oberleutnant Wilhelm Ruthammer (tué), Oberfeldwebel Hermann Stierle (tué), Unteroffizier Kurt Opolski (tué), Oberfeldwebel Erich Herfeld (tué) et Feldwebel Ertel (capturé)

13 avril 1940

Après, les lourdes pertes du 12 avril, la journée est plus calme en ce 13 avril.

Ainsi, seul une victoire est revendiqué par la Luftwaffe, celle sur un Hudson revendiqué par l'Unteroffizier Krafft du 2./KG 30 à l'E. de Stavenger.

14 Ju 52 sont cependant signalés perdus, pour divers raisons, en Norvège ainsi qu'un He 115 B-1 piloté par l'Oberleutnant Hans Hattenbach (dont le sort est inconnu).

14 avril 1940 :

Un petit regain d'activité à lieu sur le front Ouest puisque la Jagdwaffe enregistre une revendication sur un Blenheim. Celui-ci aurait été abattu par l'Oberleutnant Arnold Lignitz de la 3./JG 20 à l'O.N.O. d'Emmerich à 17h40.
Celui-ci, né en 1913 en Prusse-Orientale, était pilote depuis septembre 1939 à la 2./JG 20, future 9./JG 51.Le 16 janvier 1940, il prit la tête de sa Staffel et sera crédité de trois appareils britaniques durant la Westfeldzug. Le 1er octobre 1940, il devient Kommandeur du III./JG 54 et recevra la Ritterkreuz pour ses 19 victoires. Le 30 septembre 1941, il sera abattu et capturé en URSS. Il aurait été assassiné (ou serait décédé) dans une prison soviétique.

En norvège, la Luftwaffe continue de subir des pertes sensibles puisque un Bf 110 du 3./ZG 76 est détruit par accident sur l'aérodrome de Sola ansi que 2 autres lors d'une collision en vol.
10 Ju 52 sont par ailleurs détruits pour divers raisons, ainsi qu'un He 115.

15 avril 1940

Une fois de plus à l'Ouest, un Blenheim est abattu par la Jagdwaffe puisque l'Oberleutnant Georg Graner de la 3.(J)/LG 2 en revendique un au dessus de St-Peter-Ording à 10h37.

En Norvège, le Feldwebel Robert Menge de la 5./JG 77 revendique encore 2 victoires sur des Wellington près de Stavanger.
Les pertes de la Luftwaffe en Norvège seront semble-il ce jours plus faibles qu'auparavent puisque seule 2 appareils sont signalés perdus : un Ar 196 A-2 (W.Nr. 1868) de la 1./BoGr 196 détruit dans un accident, l'équipage étant indemne et un He 111 de la 4./KG 26 abattu par des appareils britanique du 102 Sqn sur l'aérdrome de Sola.

16 avril 1940

Rien à signaler sur le front Ouest.

Par contre, en Norvège, la Z/KG 30 revendique 2 Blenheim du 107 Sqn(?) près de Narvik par l'Unteroffizier Peter Lauffs et l'Oberleutnant Herbert Bönsch pour la perte d'un appareil.

Une fois de plus, 3 JU 52 de la KG zbV 1 sont perdus en Norvège ainsi qu'un He 111 du KG 26.

17 avril 1940

A l'Ouest rien de nouveau...

En Norvège, la 1./ZG 76 revendique 3 victoires sur des Blenheim au crédit des Leutnante Fritz Fahlbusch, Gerhard Böhmel et du Feldwebel Johann Schönherr près de Stavanger. 1 Bf 110 est cependant détruit au roulage sur l'aérdrome de Sola.

3 nouveau Ju-52 sont détruits dont le "IZ+FT / 2810" faisant 17 morts. Les He 59 du KG z108 sont aussi duremement touchés puisque 4 d'entre eux sont abattu par la RAF ainsi que 4 He 115 B/C-1.

18 avril 1940

3 nouveau Ju-52 de la KGr zbV 107 sont détruits par accident sur Fornebu ainsi qu'un He 115 C-1 (W.Nr. 1868).
Les Kampfgeschwadern ne sont pas non plus épargnés puisque 2 He 111 des II./KG 4 et II./KG 26 sont détruits, abattu par la RAF.

19 avril 1940 :

Une victoire est revendiqué en Norvège par le Feldwebel Lothar Linke de la 3./ZG 76 sur un Blenheim près de Stavenger.
Un premier Ju 87 de la I./StG 1 est perdu en Norvège lors d'une attaque de navire, touché par la DCA. Le pilote : le Leutnant Karl Pfeil sera capturé.

20 avril 1940

A l'ouest, le Hauptmann Horst Tietzen de la 5./JG 51 revendique 1 Potez 63 à 11h40 tendis que le Hauptmann Werner Mölders revendique un Curtiss H.75. Il semblerait cependant d'une erreur d'identification puisque en effet, 7 appareils du III./JG 53 combatirent des Hurricane du 1.Sqn près de la frontière, ce qui pourrait correspondre au lieu de revendication de Mölders (?).
Dans, ce combat, le Bf 109 E-1 du Leutnant Fritz Sievers est abattu par le F/Lt. Peter Walker.

Enfin, lors d'un ciombat contre des appareils du GC II/7, le Bf 109 du Leutnant Helmut Hoch est abattu, le pilote tué.

21 avril 1940

Un Spitfire est revendiqué par le Feldwebel Hans John de la 4./JG 51 près de Stuttgart et un Hurricane par l'Oberleutnant Hans-Karl Mayer.

22 avril 1940

RAS

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mar 25 Avr 2006 - 21:16

23 avril 1940:
Comme hiers, les équipages du GR II/33 ont fait une reconnaissance de nuit. A la suite d’un vol de trois heures par une nuit très claire, l’équipage à ramené des renseignements précieux sur les mouvements ennemis le long du Rhin.

Treize Curtiss du GC II/5, en mission d’escorte d’un Potez 63, ont rencontré près de Sarrebrück un Dornier 17P de la I.(H)/13 et son escorte de Bf109 E du I./JG52. Le combat s’est terminé à l’avantage de nos pilotes qui revendiquent une victoire sûre et deux probables..
Laissons le Sgt Legrand nous raconter le combat:
“Le ciel a revêtu une robe bleu lavande.
Une patrouille triple, emmenée par le capitaine Portalis, décolle à l’aube. A 6.000 mètres, à la verticale de Metz, le Boa donne l’alerte:
-Ennemis en vue, à 10h00.
Portalis l’a vu aussi, manoeuvre pour couper la route au Dornier 17 qui vient, à coup sûr, de prendre des photos en France.
-Patrouilles d’accompagnement, couvrez-nous.
-Patrouille guide, avec moi, on attaque.
Les trois Curtiss se ruent sur le fritz qui tente de fuir. Les six autres surveillent.
Bien leur en a pris. De beaucoup plus haut, une douzaine de Messerschmitt fondent sur Portalis et ses équipiers. Les deuxième et troisième patrouilles se mettent en travers des 109, les forçant au combat.
Houzé reçoit une rafale plein arrière. Par bonheur, la plaque de blindage arrête les projectiles.
-Je suis baisé! appelle Quéquignier. Ce salaud va me seringuer.
-J’arrive, fait Delannoy, qui a vu le danger. Je vais lui saler les côtes, à ce pointu!
Fonçant au secours de son camarade, le P’tit Quinquin écope d’une volée de balles et d’obus de 20mm.
-Tu crois m’avoir si vite, choucroute!
Delannoy vire sec, se place trois quart avant de son aggresseur, tire. Le Messerschmitt, pris entre son feu et celui de Richoux, arrivé à la rescousse , brûle puis explose.
Klan, le Tchèque, arrose aussi le sien et il le voit disparaitre en feu. L’aggresseur de Quéquignier rompt sans demander son reste. Portalis, de loin, a tout vu.
-C’est bon, les nôtres se débrouillent. A nous le Do17. Après plusieurs attaques en tenailles, l’Allemand est abattu près de Sarrelouis.”
(21)

. Le sous-lieutenant Jaske de la 4ème escadrille a dû poser son appareil sur le ventre à 5 km de Pont-à-Mousson.
In Avions n°133

Trois Bloch 152 du GC I/8 ont intercepté 3 Bf109, mais au moment de tirer leurs armes sont restées muettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mar 25 Avr 2006 - 22:12

Côté Luftwaffe

23 avril 1940

En ce jour, le III./JG 53 en mission de patrouille au dessus de territoire allemand intercepte une formation de Hurricane. Deux victoires sont alors revendiqués par la Jagdwaffe.
- Hauptmann Werner Mölders à 11h14, au sud de Diedenhofen (sa 9ème victoires)
- Feldwebel Franz Gawlick à 11h22, même lieu (2ème victoire).

La Luftwaffe subit cependant quelques pertes dans la journée pour divers raisons dont au moins :
- 1 Ju 88 A-1 de la 8./LG 1 en Norvège descendu par la DCA d'un navire de la Royal Navy (HMS Amazon), son pilote (l'Unteroffizier Ernst Röber étant capturé).
- Un autre Ju 88 de la même staffel s'écrase en Allemagne, dans le Schleswig. Son pilote (L'Unteroffizier Ernst Falk ) étant tué.
- Un Fw 200 C-1 de la 1./KG 40 s'écrase pour une raison inconnue à Tromsøy. Le pilote (l'Oberleutnant Berents) étant tué.
- un He 111 du Stab II./LG 1 s'écrase lui aussi dans le Schleswig.

Consernant le combat relaté par Mike..., je n'ai malheuresement aucun document dessus et notament sur le Bf 109 abattu...

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tubs
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 737
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 15/09/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mer 26 Avr 2006 - 0:08

La victime du S/Lt Klan est probablement l'Ofw Essl de la 2./JG 52 qui a fait un atterrissage forcé à Eisweiler, le Bf 109E étant détruit à 55%.
Pour la victoire probable de Ruchoux, d'après un site allemand sur les crash dans la Sarre, il semble qu'un Bf 109 aurait fait un atterrissage forcé à Ensdorf, sans plus de détails.
Au sujet du Do 17 de la 1.(H)/13, l'avion serait, selon la même source, revenu sur un moteur pour faire un atterrissage d'urgence à Merzig-Mechern.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mer 26 Avr 2006 - 9:22

24 avril 1940:
L’adjudant-chef Emprin a percuté le sol en bordure de piste au retour d’une mission à haute altitude et a été tué sur le coup. Malaise? défaillance?

Un Mureau 115 (n°83) du GAO 548 a été abattu par la flack de Kehl.Observateur tué, pilote parachuté sauf.
In “Les Ailes Françaises” n°2

Un Potez 63-11 a été abattu en début de soirée par 3 Bf109 du I/JG 2 à Merzig.

25 avril 1940:
Emotion au GC II/7! Un pilote du GC I/3 leur a amené un Dewoitine 520 pour qu’ils puissent l’essayer. Le sergent Panhard a été le premier à effectuer le premier vol avec notre nouveau chasseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mer 26 Avr 2006 - 13:42

Côté Luftwaffe

24 avril 1940

Euh, Mike, est-ce que tu es sure de la date consernant la revendication du Potez 63-11 par le I./JG 2 ? Parceque, je n'en trouve pas trace dans les compilation de victoire de la Jagdwaffe. Parcontre, le 30 avril, j'ai une revendication d'un pilote de la 3./JG 2 (Leutnant Rudolf Pflanz) sur un Potez 63-11 au N.O. de Merzig. Donc pas mal de coïncidence, ce qui me laisse penser qu'une des sources (soit les listes de revendication de la Luftwaffe..., ce qui est loin d'être impossible soit dans des documents) doit faire une erreur dans la date...

En Norvège, la 5./JG 77 revendique la destruction de 2 Hudson et 1 Hampden au Sud-ouest de Stavanger. Victoires au crédit du Feldwebel Robert Menge (déja sa 4ème Luftsiege), Leutnant Edgar Struckmann (là encore la 4ème ) et Feldwebel Werner Petermann (sa 1ère).

La Luftwaffe subit aussi quelques pertes puisqu'au moins 2 He 111 P-2 de la 9./KG 4 sont abattu par des appareils du 803 Sqn au dessus de Fornebu ainsi qu'un Do 215 B de la 1.(F)/AGr ObdL par des Blenheim du 107 Sqn sur l'aérdrome de Sola.

Enfin, un Bf 109 E-4 du Stab I.(J)/LG 2 s'écrase suite à une collision à 60 km N.W. de Hanovre. Le pilote (Unteroffizier Bruno Schulz ) étant tué.

25 avril 1940

Aucune victoire n'esr revendiqué ce jour par la Luftwaffe, mais celle-ci subit de lourdes pertes en Norvège.

Ainsi, la 1./St.G 1 perd près de 7 Ju 87 et le KGr zbV 107, 1 Ju 52 suite à l'attaque de la base de Vaernes par des Swordfish du 810 et 820 Sqn.


Un Hydravion He 115 B de la 2./KüGr 506 provenant de Trondheim ne rentre pas de sa mission et pourrait avoir été abattu par des appareils britanique près de Størdal, N de Orkanger. 2 autres appareils de la même Staffel sont signalés perdus dont le W.Nr. 2248.


Un Ju 88 A-1 (L1+BR) de la 7./LG 1 décollant de l'aérdrome de Sola est abattu par des Blenheim du 254 Sqn. L'appareil doit effectuer un atterrissage forcé près de Hanekamben. Le pilote (Oberfeldwebel Friedrich Kazmaier) et ses 3 membres d'équipages sont alors capturés.

3 He 111 H-3 de la 5./LG 1 sont quand à eux abattu par des Gladiator du 263 Sqn au N. d'Oslo.

Enfin, dans ces opérations régulières contre le Nord de l'Angleterre et notament la base de Scapa Flow, un Do 18 de la 2./KüGr 406 (en reconaissance) est abattu par la défence aérienne sur les ïles Shetlands.

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Ven 28 Avr 2006 - 11:26

JV69_Manfred a écrit:
Côté Luftwaffe

24 avril 1940

Euh, Mike, est-ce que tu es sure de la date consernant la revendication du Potez 63-11 par le I./JG 2 ? Parceque, je n'en trouve pas trace dans les compilation de victoire de la Jagdwaffe. Parcontre, le 30 avril, j'ai une revendication d'un pilote de la 3./JG 2 (Leutnant Rudolf Pflanz) sur un Potez 63-11 au N.O. de Merzig. Donc pas mal de coïncidence, ce qui me laisse penser qu'une des sources (soit les listes de revendication de la Luftwaffe..., ce qui est loin d'être impossible soit dans des documents) doit faire une erreur dans la date...

.

J'ai trouvé l'info sur "Les Ailes Françaises" n°2. Compte tenu de la façon dont le texte est rédigé, il est fort probable que tes sources soient meilleures...
@+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
seb le guillou
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 661
Age : 34
Localisation : dijon
Date d'inscription : 20/01/2006

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Ven 28 Avr 2006 - 12:56

En tout cas et desoler de polluer le post j'admire votre travail c'est vraiment super bien et tres documenté.
Bravo a vous deux
Seb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stache13
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
avatar

Nombre de messages : 2556
Age : 67
Localisation : aix en provence
Date d'inscription : 10/01/2006

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Ven 28 Avr 2006 - 14:18

on a l'impression d'assister a un match amical d'echanges de connaissances
les spectateurs que nous sommes en restons babas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://airplane.over-blog.com/
MIKE-89
Major
Major
avatar

Nombre de messages : 718
Age : 61
Localisation : Près d'Auxerre
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Ven 28 Avr 2006 - 16:14

stache13 a écrit:
on a l'impression d'assister a un match amical d'echanges de connaissances

C'est pas la caractéristique même des bons forum?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manfred
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 1380
Age : 32
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 07/02/2005

MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   Mar 2 Mai 2006 - 18:36

Salut

Mouais, enfin, au "niveau du match amical " (j'aime pas trop le terme ), il faut quand même avouer que Mike me bat largement..., puisque malheuresement, mes informations ceux limite plus à des listes de victoires et de pertes et manque un peu de contexte...

_________________
Combats aériens sur la Corne de l'Afrique (juin 1940 - novembre 1941)
http://aviationaoi.wordpress.com/
(version 2.1, MAJ avril 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jours après jours : La drôle de Guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jours après jours : La drôle de Guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jours après jours : La drôle de Guerre
» Nos progrès de jours en jours (bis)
» jours "avec", jours "sans"
» Renault 21 GTS Ph2 1989
» NEIGE, le cheval imprévu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Histoire de l'Aviation par périodes :: 1930 - années 1950 :: Campagnes de France et de Pologne-
Sauter vers: