AccueilFAQRechercherS'enregistrerRéservé aux membresRéservé aux membresSite AARéservé aux membresRéservé aux membresConnexion

Partagez | 
 

 Meeting Ferté Alais compte rendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeanseb
Aviateur première classe
Aviateur première classe
avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Meeting Ferté Alais compte rendu   Ven 28 Mai 2010 - 13:49

Meeting Aérien de la Ferté Alais 2010


C’est un meeting exceptionnel, pas seulement pour la qualité des machines en vol, et au sol mais surtout par le sentiment qu’il a laissé à tous, spectateurs, organisateurs, pilotes et mécaniciens. Quatre jours pendant lesquels des bénévoles qui travaillent toutes l’année à restaurer, entretenir, reconstruire leurs avions ont vu leurs efforts récompensés.
Et s’il fallait attendre jusqu’à deux heures avant d’arriver sur le plateau de Cerny, le jeu en valait la chandelle.
Sous un soleil intense de la Ferté Alais, sous les commentaires du poète Chabbert , sous le métal hurlant des warbird et la postcombustion du Rafale, une nouvelle fois l’histoire de l’aviation a passé devant nos yeux.
Comme toujours, le Bleriot XI, qui a débuté les démonstrations, nous a rappelé la fragilité des machines des débuts de l’aviation. Devant nous un assemblage de bois, de toile et un moteur centenaire qui résonne la passion de ses mécaniciens. 15 nœuds au sol et le voilà aux prises avec le vent, quelle fragilité, mais quelle grâce, quelle allure, l’homme aux commandes ne faisant que corriger les caprices d’une physique balbutiante. Le pilotage se transforme en danse, cette lutte devient une chorégraphie et l’histoire racontée est celle de l’homme impétueux. Merci monsieur l’aviateur, merci messieurs les avionneurs !
Si la suite du meeting est ponctuée de démonstrations de voltige toujours impressionnantes, c’est le thème militaire qui est à l’honneur cette année. Difficile de faire différemment quand on sait ce que l’effort de guerre a apporté aux progrès de l’aviation… Un trio de triplan Fokker DR1 vole en formation à haute altitude, puis le contraste devient saisissant. Deux Super Etendard accompagnés par deux rafales et un AWACS passent à basse altitude, les voilures en flèches côtoient le dernier né des usines Dassault. Au milieu de ce tableau des marins de l’air trône le Gruman Avenger flanqué d’une cocarde de la Royale, il rappelle que l’Aéronavale française fête fièrement ses 100 ans cette année. Sept tonnes soulevées par un moteur en étoile de 1900 cv… Quand le son se transforme en bruit et le bruit associé à ce poisson au gros ventre ne fait qu’illustrer un hurlement de soupapes et d’explosion. Les tôles sembles vibrer pour nous faire peur. Mais une fois posé, cet avion trop lourd fait place à ses congénères sur le parking en repliant ses ailles contre son fuselage, comme si la politesse valait place et humilité sur le porte avion de la Ferté Alais.
Pendant ce temps d’autres bruits, peut être plus mélodieux, se font entendre. Les « Merlin » Rolls-Royce qui équipent les avions tout aussi britanniques, Hawker Hurricane et Spitfire résonnent en défilant le long du taxiway.
Soixante dix ans plus tôt ils devaient écrire la Glorieuse Bataille d’Angleterre. Même si un seul Hurricane a réellement participé à cette épopée, le moment est complet. Un ballet s’opère alors devant nous, plus pacifiste que belliqueux, un Fockewolf 190 et Messerschmitt FE 109 prennent en chasse les avions de Churchill. Anna Walker la seule femme européenne à piloter un warbird exécute des tours de souplesse acrobatique. Si on a le sentiment de voir défiler des modèles réduits, au sol ces avions sont majestueux. Epurés, toutes les lignes sont courbes, rien d’agressif, rien de militaire, seul le camouflage nous rappelle à leur destination. Et soudain on imagine des gosses de vingt ans, de Cambridge ou d’Oxford aux commandes de ces armes au milieu de la Manche contre les chasseurs et bombardiers allemands. Pour avoir sauvé l’Angleterre, ces Spitfire ont été décrétés par Margarett Tatcher, « Propriété Inaliénable de la Couronne Britannique".
D’autres tableaux se succèdent, les T6 Texans, puis les Yak les avions de l’escadrille Normandie- Niémen. Mais c’est sur la puissance du Skyraider qu’il faut s’arrêter, à peine au point fixe, il semble déjà revenir de mission, des trainées huile perdue le long du fuselage épousent l’écoulement de l’air au niveau des ailes. Ses ailes dépliées, cette autre machine des porte-avions américains au Viet-Nam donne toute sa puissance au décollage. Il s’élance en plein vacarme pour une mission pourtant très pacifique sur le plateau de Cerny. 18 cylindres développent 2700 CV, nous atteignons là le concept de « métal hurlant ».

Un ballet de trois planeurs prend le relai et nous rappelle la majesté du vol sans moteur avec simplement le son de l’air sur les ailes. Equipés de fumigènes, les formations de voltiges sont démesurées, quel contraste ! Les figures réalisées sont et en parfaite synchronisation pour ces rois de la physique. Seule la musique des haut-parleurs berce ce trio.
Une fois au sol, la direction des vols nous propose de mettre toutes les machines de la deuxième GM en l’air, chasseurs et bombardiers volent en formation par équipe ou par nation. Le North American B-25 avance lentement avec la maladresse d’un animal sorti de son élément, c’est désormais 15 tonnes qui se déplacent sur trois pieds presque trop frêles. Certainement plus habitué du béton que le gazon proposé. Cependant ce bi-moteur a quelque chose de gracieux avec ses deux dérives et son camouflage clair. Flanqué de sa sexy Pin-up et de ses croix de victoires le soleil nous renvoie des reflets presque trop neufs.
Le ballet des chasseurs et bombardiers se poursuit. Une attention toute particulière doit être portée sur peut-être le plus attendu, le plus gracieux, le plus beau des chasseurs américains, le P 51 Mustang. Un moteur Merlin dans le ventre il a l’allure d’un hippocampe. Ce renflement au ventre est harmonieusement balancé par sa bulle en verre qui vaut cockpit. Un fuselage acier, une décoration à damier rouge et jaune sur le capot moteur, ce chasseur de la deuxième guerre mondiale évoque la furtivité des forces américaines. Comme un poisson argenté il n’est visible que lorsque le soleil et le pilote s’accordent à nous renvoyer un écho lumineux. On le suit des yeux, une boucle puis une descente en piqué, son sifflement se fait entendre, cinq seconde d’une réalité saisissante, et cette réalité nous rattrape, c’est bien une arme que nous suivons des yeux.

17h00 ; cela fait quatre heures que des aéronefs se succèdent, évoquant les prouesses, les techniques, les conflits, les transports.
Le meeting semble terminé, les premiers flots de familles repartent à l’assaut du parking mais venu de nulle part le Rafale de l’Armée de l’Air passe à basse altitude au dessus de la piste. Un deux trois, soleil ! Et la foule déjà éparse se fige, les yeux au ciel seule la tête semble bouger. Le dernier Golgoth se prépare à nous en mettre plein la vue et les oreilles. Le spectacle est complet.
Un virage au dessus de la foule, les deux tuyères rougies crachent les flammes de la postcombustion, le bruit est terrible, il ajoute au profil élégant et menaçant de ce chasseur. Ce n’est plus l’aviation qui nous hante alors, c’est la guerre. Si certains fanatiques cachés dans les montagnes afghanes sont décidés à faire plus de bruit que le Rafale, il a quelque chose de rassurant, de protecteur. Après quelques évolutions cet oiseau d’un autre âge se met en vol lent. Pendant quinze secondes il se met à parler. Le pilote essoufflé donne un peu d’humanité aux 15 tonnes de matériaux composites. Puis c’est un nouveau passage bas sur le dos en guise de salut.

120 avions au sol, 90 en évolution, quatre heures trente de spectacle et de soleil, entre les sandwiches la bière et les dédicaces. La manifestation se termine. 40000 enfants de tous les âges ont traversé un siècle d’aviation. Décidément le meeting de la Ferté Alais a inventé la machine à remonter le temps. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.la-ligne.org
 
Meeting Ferté Alais compte rendu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meeting Ferté Alais compte rendu
» [21-22/08/2010] Compte rendu du Quillan Tuning Show IV (11)
» Compte rendu du meeting de Raulhac (15) du 14 Juillet 2006
» Compte rendu du 10eme meeting Sud Ouest Bordeaux 33
» Compte-rendu du meeting de Draguignan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum Général :: Discussions :: Général-
Sauter vers: